Massage Shiatsu

samedi 5 décembre 2020

PNG - 328.7 ko

Origines

Selon la tradition, l’Inde aurait été le berceau de toutes les disciplines corporelles de bien-être. Enseignées par des moines bouddhistes, ces techniques se propagèrent d’un côté vers la Birmanie, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande, de l’autre vers la Chine où elles se modifièrent sous l’influence conjuguée du Taoïsme et du Confucianisme.

Le Shiatsu (pression des doigts) s’inscrit dans la filière particulièrement riche des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient, mais son histoire est récente et le lieu précis de sa naissance est le Japon.
Dans ce pays, la plus ancienne des techniques manuelles est nommée TEATE (mains dessus) et elle est mentionnée dans un texte datant de 2.000 ans. Entre les années 710-794, le Japon adopta, sous le terme de Kampo, le système médical chinois, qui utilisait les massages (AN-MO et TUINA), l’acupuncture, la moxibustion et la pharmacopée chinoise.

Evolution

Au fil du temps, la technique manuelle chinoise, devint japonaise ("Anma" calmer par le toucher : ). Elle connut son apogée à l’époque EDO (1616-1867). Dans le livre Ampuku Zukai, écrit en 1827 par Shinsaï Ota, sont décrits les premiers protocoles de pressions, fondateurs du Shiatsu actuel.
À partir de 1868, la médecine occidentale fut imposée et les disciplines manuelles de prévention d’un état de bien être par des pressions, vibrations, percussions et étirements perdirent de leur importance, au profit de techniques curatives comme la chiropraxie, l’ostéopathie.
L’ANMA devint une spécialité pratiquement réservée aux non-voyants, qui œuvraient sous la protection d’un diplôme d’état. En parallèle, se développait une pratique appelée « SHIATSU » en raison de la différence des résultats obtenus par la pression des doigts à la place des massages. Le mot Shiatsu apparut la première fois dans le livre Shiatsu Ryoho, publié en 1939, sous la signature de Tenpeki Tamai.
La première clinique à utiliser un protocole Shiatsu fut ouverte par Tokujiro Namikoshi en 1925 et, en 1940, il ouvrit la première école de formation de praticiens en Shiatsu. Sous son impulsion et les autorités de tutelle, en sa qualité de dirigeant de l’Association Japonaise de Shiatsu, le Ministère Japonais de la Santé, reconnut officiellement le Shiatsu en 1955.

En 1957, le Ministère japonais de la Santé publiait le livre « Théorie et pratique du Shiatsu », d’où est extraite la définition suivante : «  Le Shiatsu est une technique qui utilise les doigts et les paumes des mains, pour exercer des pressions en des points déterminés, avec l’objectif de corriger des irrégularités de l’organisme, de préserver et d’améliorer l’état de santé et de contribuer à l’amélioration d’états morbides spécifiques ». En 1964 le Shiatsu était enfin reconnu comme une pratique indépendante des massages.
En 1970, le Shiatsu fit son apparition en France grâce à des Maîtres comme Yuchi Kawada, Tusgo Kagotani, RyotanTokuda, Hiroaki Izumo et quelques autres, sans oublier des stages ponctuels animés par des personnalités prestigieuses comme Toru Namikoshi, Shizuto Masunaga et Wataru Ohashi.
En 1994, la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel voyait le jour avec, pour vocation principale la défense, l’illustration et la promotion du Shiatsu d’une part, et son enseignement et sa pratique d’autre part.

Principes et bienfaits

Au niveau physique, le Shiatsu provoque un effet de détente et de bien-être proche du massage classique. Les pressions et les manipulations vont pouvoir détendre les muscles, apaiser les tensions et stimuler les défenses immunitaires. L’amélioration de la circulation de l’énergie dans le corps va entraîner une meilleure circulation sanguine et une meilleure respiration. Il n’agit pas seulement sur les tensions physiques, mais aussi au niveau psychologique. En effet, il va permettre à l’individu de se détendre l’esprit et de lutter contre le stress et l’anxiété grâce à son effet très relaxant.
Le Shiatsu a donc un but thérapeutique, mais également préventif puisqu’il est utilisé pour éliminer les tensions avant qu’elles ne soient néfastes.

Le shiatsu peut soulager certaines troubles tels que :

- rhumatologiques : l’arthrose, le lumbago, le torticolis ou les douleurs cervicales
- féminins associés au cycle menstruel, à la grossesse et aux soins post-partum
- psychologiques comme la dépression, l’anxiété, la dépendance, les troubles sexuels
- du système respiratoire comme l’asthme, le rhume ou la sinusite
- digestifs comme les vomissements, la colite, la constipation.

Cette liste est indicative et ne se veut pas exhaustive.

il n’est pas recommandé de faire une séance de Shiatsu en cas de lésions cutanées, d’inflammation, d’hémorragie, d’ulcère, de fièvre, de troubles cardiaques, ni après une opération chirurgicale.

Rappel

Le massage de relaxation est considéré comme une pratique de bien-être et en cela, il n’a aucune visée thérapeutique ou médicale.

Comment se déroule une séance ?

Elle se pratique sur une personne habillée de vêtements légers, généralement en position couchée sur un matelas posé au sol ou sur une table basse. Le shiatsu peut aussi se faire en position assise ou debout.
Le sujet, allongé, garde ses vêtements. Les femmes enceintes peuvent être assises de côté sur une chaise pour que l’on puisse intervenir sur leur dos.
La séance peut commencer sur le dos ou sur le ventre. Le praticien suivra alors des trajets précis en appuyant, en pressant de façon plus ou moins vigoureuse différentes zones ciblées, à l’aide de ses doigts, de ses paumes ou de ses coudes.

Durée du massage : 1 heure.

Tarif séance Shiatsu : 60 Euros (*réduction de 15% pour les adhérents SAMMA SATI)

Lieu  : Espace Santé Gambetta - 36 110 LEVROUX

 

Pour un RDV en soin énergétique ou massage, vous pouvez vous inscrire via Inscription / Contact